Sport

Certains états liés aux MICI (maladie inflammatoire chronique intestinale) ont pour effet de restreindre l’aptitude à la pratique d’un sport. D’un autre côté, les patients atteints de MICI peuvent améliorer sensiblement leur qualité de vie via le sport. Des résultats de différentes études montrent que l’activité de la maladie et la consommation de médicaments diminuent lorsque les patients pratiquent un entraînement d'endurance modéré. La pratique sportive n’a pas d’impact négatif sur l’activité de la maladie et elle permet d’endiguer les peurs et les dépressions et d’accroître la performance. De plus, une activité physique aide à prévenir l’ostéoporose. Cependant, il faut impérativement tenir compte des signaux que votre corps vous envoie.

Les points ci-après doivent être observés en vue de la pratique d’un sport:

  • Lors d’une poussée moyenne à importante, il faut laisser au corps le temps de se reposer.
  • En cas d’ostéoporose, les sports présentant des sollicitations extrêmes des os doivent être évités.
  • L’exercice physique peut soulager les douleurs articulaires. Cependant, les sports qui sollicitent les articulations doivent si possible être évités.
  • En cas d’insuffisance pondérale ou de carences alimentaires, un entraînement réduit peut favoriser la guérison.
  • Le sport est à proscrire immédiatement à la suite d’une opération.
  • En présence de fistules et d’abcès autour de l’anus, certains sports qui présentent une sollicitation pour l’intestin (p. ex. vélo) ne conviennent pas.
  • Si vous souffrez de diarrhées, prenez avec vous suffisamment de liquides et de minéraux surtout si vous pratiquez un sport par forte chaleur.

Voici ci-après une liste de sports adaptés:

  • Sports d’endurance: La course à pied, le vélo, la natation et le golf sont ici recommandés.
  • Sports de balle: Le badminton est nettement moins traumatisant que le tennis ou le squash pour le bras frappeur. Ce sport permet d’entraîner l’endurance, la souplesse ainsi que la force de saut et de frappe. Il est recommandé de faire des étirements avant de commencer à jouer.
  • La mobilité, la concentration, la méditation: pour les patients atteints de MICI, il est essentiel de favoriser l’harmonie entre le corps et l’esprit. Le yoga peut vous y aider. Vous pouvez le pratiquer dans quasiment toutes les phases de la maladie.
  • Renforcement musculaire: Le Pilates permet surtout de renforcer les muscles du plancher pelvien ainsi que les muscles du ventre et du dos. Le stretching, les exercices de concentration et la respiration active font partie intégrante de l’entraînement. L’objectif est d’améliorer la posture et la perception du corps. Lors des phases graves de la maladie, après des opérations ou si vous portez une stomie, le Pilates n’est pas recommandé car les muscles du ventre sont fortement sollicités.
  • Danse: La danse développe l’endurance, la force, la capacité de coordination et la perception du corps. En particulier pour les personnes souffrant d’une maladie chronique, la danse peut jouer un rôle important pour éviter l’isolement et peut permettre de créer un lien social. Vous pouvez même réaliser des figures de saut, sauf si vous avez des douleurs articulaires.
  • Randonnée: La randonnée favorise surtout l’endurance et renforce les muscles des jambes. L’utilisation de bâtons lors de vos randonnées vous permettra de préserver vos articulations et de renforcer vos muscles des bras et des épaules.