Appel d'étude - Thérapie de la pochite: une nouvelle possibilité

En mars 2016, Atlantic Healthcare a commencé le recrutement de patients en vue de procéder à une série d’essais de phase 3 portant sur le nouveau produit «Alicaforsen Enema» pour le traitement d’une pochite (inflammation du réservoir iléal après l’ablation du côlon): les patients qui n’ont pas réagi au traitement médicamenteux de la colite ulcéreuse doivent bien souvent subir une opération consistant à enlever le côlon malade; l’extrémité de l’intestin est alors reliée au rectum sous la forme d’un sac (poche). À l’heure actuelle, il n’existe aucun traitement médicamenteux autorisé pour les patients atteints d’une pochite. Les seules possibilités de traitement disponibles sont celles autorisées pour traiter une colite ulcéreuse (qui, bien souvent, n’ont pas été efficaces auparavant).

De nouveaux médicaments pour traiter les maladies inflammatoires chroniques intestinales et la pochite

La recherche médicale et l’industrie pharmaceutique recherchent de nouvelles approches pour traiter les MICI (maladies inflammatoires chroniques intestinales). Les deux principales formes de maladies inflammatoires chroniques intestinales sont la colite ulcéreuse (CU) et la maladie de Crohn.

Si la thérapie médicamenteuse s’avère inefficace, une opération (ablation du côlon) peut s’avérer nécessaire en dernier recours pour traiter une colite ulcéreuse. En Suisse, environ 10 à 15% des patients atteints de colite ulcéreuse doivent, à un moment ou à un autre, subir une ablation du côlon (colectomie). Une poche chirurgicale partant de l’extrémité de l’intestin grêle est cousue au rectum et fait office de petit réservoir pour les selles. Chez la moitié des patients, ce réservoir est une solution acceptable et sans douleur. En revanche, chez l’autre moitié, une pochite ou inflammation du réservoir, peut se produire. Cette inflammation peut être épisodique (attaques) ou devenir une maladie chronique durable. Les patients peuvent alors connaître différents symptômes désagréables qui ressemblent à ceux que connaissent les patients atteints de colite ulcéreuse (selles plus fréquentes, envie plus fréquente d’aller à la selle, présence de sang dans les selles, fièvre, etc.).

Comme il n’existe à l’heure actuelle aucun médicament homologué pour traiter la pochite aiguë ou chronique, l’utilisation d’antibiotiques comme traitement initial est monnaie courante chez de nombreux patients. Malheureusement, l’efficacité des antibiotiques diminue avec le temps et les patients ne réagissent plus à ceux-ci: les patients développent une «résistance» contre le traitement.

Comme indiqué précédemment, les nouveaux traitements pour la pochite sont très limités; très peu de médicaments sont actuellement en cours de développement (cf. https://clinicaltrials.gov/ct2/results?term=pouchitis&Search=Search ).

Alicaforsen est l’un des rares produits actuellement développés et le seul médicament pour traiter la pochite se trouvant en phase de développement 3. Alicaforsen Enema offre aux patients la possibilité de bénéficier d’un traitement sûr et efficace de la pochite dans le domaine ambulatoire. Les résultats d’essais cliniques précédents montrent que l’Alicaforsen déclenche une réaction qui dure plusieurs mois. Le traitement s’effectue sur une durée de six semaines. L’effet du médicament dure en moyenne 6 mois.

Essais cliniques: le déroulement

Tous les nouveaux médicaments doivent être testés dans le cadre d’études cliniques avant de pouvoir être prescrits. Le but des essais cliniques est d’acquérir de nouvelles données qui montrent que les nouveaux médicaments agissent et qu’ils sont bien tolérés. Des évaluations de sécurité sont également effectuées afin de déterminer les éventuels effets secondaires liés à l’utilisation de nouveaux médicaments.

Les nouveaux médicaments sont étudiés sur les patients dans le cadre d’essais cliniques divisés en 3 phases. L’entreprise pharmaceutique travaille en étroite collaboration avec les autorités de régulation afin de confirmer que la conception, la procédure et le reporting de ces essais répondent en tous points à des normes acceptables.

Les essais de phase 1 sont généralement effectués pour évaluer la sécurité du médicament sur des personnes volontaires en bonne santé. Au cours des essais de phase 2, l’étude est effectuée sur des patients. Ces «études en phases précoces» visent à s’assurer de l’absence d’effets secondaires inattendus. Elles permettent en outre aux médecins associés aux essais de déterminer quel est le mode d’administration du médicament le plus approprié, par exemple quel est le dosage optimal et à quelle fréquence le médicament doit être administré. De plus, les mesures permettant de démontrer le mieux possible l’efficacité du médicament peuvent être déterminées via ces essais.

Dès que ces paramètres de base sont connus, le médicament passe alors en phase 3, à condition qu’il s’annonce prometteur suite aux essais effectués dans la phase initiale. Les essais en phase 3 sont bien souvent qualifiés de «pertinents pour l’homologation». En effet, ils apportent à l’entreprise pharmaceutique la garantie définitive qu’une demande d’homologation pour la commercialisation et la mise à disposition aux patients peut être déposée.

Pour garantir la fiabilité des résultats de ces études, on compare souvent un nouveau médicament avec un médicament existant, dont l’efficacité est connue («comparateur»), ou avec un produit «neutre» («placebo»). En général, l’essai a lieu en double aveugle. Ceci signifie que ni le médecin, ni le patient ne savent avant le début de l’essai quel médicament est administré. Le but de cette «expérimentation en aveugle» est d’éviter que les données ne soient faussées par des idées préconçues, par exemple si le patient a, par le passé, réagi de manière favorable (ou défavorable) à des médicaments connus.

Conclusion

On constate, depuis ces dernières années, une hausse sensible du nombre de nouveaux médicaments testés pour traiter les maladies inflammatoires chroniques intestinales. Ces médicaments, parmi lesquels Alicaforsen, présentent un nouveau principe d’action. Ce sont de bonnes nouvelles pour les patients souffrant d’une maladie inflammatoire chronique intestinale, car on peut espérer que ceci aboutira à un éventail plus vaste d’options thérapeutiques.

Vous trouverez de plus amples informations sur les essais cliniques en lien avec les maladies inflammatoires chroniques intestinales sur le site ClinicalTrials.Gov (https://clinicaltrials.gov/). Ce site Internet offre des options de recherche pratiques et répertorie tous les essais cliniques actuels en lien avec les maladies inflammatoires chroniques intestinales.

 

 

Essai clinique sur Alicaforsen Enema

L’Alicaforsen Enema est un nouveau produit à utiliser en cas de pochite. 40 cliniques spécialisées, situées aux Etats-Unis, au Canada, en Israël et en Europe, recherchent actuellement des patients adultes pour une étude de phase III, randomisée, en double aveugle et contrôlée avec des groupes parallèles.

Le principe d’action d’Alicaforsen repose sur l’inhibition de la production d’ICAM-1, une protéine présente dans le corps, impliquée dans les inflammations.

Les patients souffrant d’une pochite sont en droit de participer à l’étude si certains critères sont remplis. Les principaux critères sont indiqués dans la check-list rapide.

Chaque patient est traité sur une période de 6 semaines et surveillé pendant une durée de 20 semaines. La réaction au traitement est déterminée sur la base des symptômes décelés chez le patient (consignés sur une carte électronique quotidienne) et des données endoscopiques.

Dans le cadre de l’essai, certains patients reçoivent un placebo en complément de leur traitement médical habituel. Quel que soit le traitement qui leur est administré dans le cadre de l’essai, tous les patients sont autorisés à bénéficier d’un traitement avec Alicaforsen après le programme d’essai ouvert («post trial») s’ils remplissent les critères médicaux correspondants.

Il convient de contacter l’un des centres d’étude pour déterminer si le patient est apte à participer à la série d’essais. Les patients pourront obtenir des informations détaillées sur les sites les plus proches sur le site Internet d’Atlantic Healthcare: (http://www.atlantichc.com/patientinfo.htm)

Check-list rapide pour déterminer l’admissibilité à un essai de phase 3 pour Alicaforsen

Critères d’inclusion importants:

  1. Déclaration de consentement écrite
  2. Personnes de sexe masculin ou féminin, âgées d’au moins 18 ans, souffrant de colite ulcéreuse et portant une poche
  3. Antécédents de pochite
  4. Le patient a suivi un ou plusieurs traitements à base d’antibiotiques qui se sont avérés inefficaces

Critères d’exclusion importants:

  1. Absence de contraception efficace / Femmes enceintes ou qui allaitent
  2. Modifications récentes/prévues en ce qui concerne la prise actuelle de médicaments : parmi les médicaments admissibles dont la prise doit si possible rester constante figurent notamment: acide 5-aminosalicylique (5 ASA) par voie orale, stéroïdes oraux, immunosuppresseurs
  3. Produits par voie rectale (sauf dans le cas d’un traitement dans le cadre de l’étude)
  4. Médicaments biologiques: les inhibiteurs de facteur de nécrose tumorale (anti-TNF) et / ou le Vedolizumab; ne sont pas autorisés dans les 8 semaines qui précèdent la visite de dépistage
  5. Inflammations qui peuvent engendrer des symptômes similaires à ceux de la pochite: cytomégalovirus ou Clostridium difficile, par exemple
  6. Autres maladies gastro-intestinales qui peuvent engendrer des symptômes similaires à ceux de la pochite

13. Novembre 2017

Redaktion SMCCV

« iBDialog monthly – une nouvelle App pour les patients permet un suivi du traitement grâce à un échange entre le patient et le gastro-entérologue. Qui veut nous aider à distribuer des flyers pour la JOURNÉE MONDIALE DES MICI? »